Ars Poetica

photo

L’art, c’est une aventure merveilleuse. Les mathématiques créent un nouveau monde avec ses régularités, les beaux-arts contemporains, au contraire, accomplissent le même au moyen de l’infinité de l’idée et de la réalisation, avec la normalité de “tout est possible”. Á fin de former mes idées, j’ai essayé d’employer, autant que possible, les capacités et les moyens fantastiques de l’art contemporain. Les ouvrages publiés dans les pages de mon website sont divers, néanmoins identiques d’un point de vue: je m’ai toujours consideré seulement un genre de “thermometre”, celui qui appréhende la temperature élevée de la vie quotidienne, l’état febrile, mais qui aussi remarque la guérison et le fonctionnement intact de la société et de l’individu. C’est tout ce que je puisse faire, moi, le créateur des images. Cher visiteur, merci pour la patience et pour l’intérêt. Contactez-moi: info@rumplergyorgy.com

Quelques idées de moi-mème

Je suis né en 1969 à Budapest, je m’occupe depuis 25 ans de la création des tableaux et d'autre objets. Pendant trois ans j’ai participé dans le travail de la Colonie d’Artistes de Gyula, je me suis développé auprès de M. Ernő Fischer à Budapest, j’ai fréquanté durant des années les ateliers de l’Université des Beaux-Arts et mes amis qui y sont oeuvrés, mais malgré ça je me considère comme un artiste autodidactique, et je professe depuis le début de ma carrière que les beaux-arts peuvent être enseignés pour tout le monde, bien qu'il s'agit d'un talent, d'un processus créateur non-apprenable.

Depuis 1988 j’ai exposé mes peintures à des nombreuses manifestations, notamment au Centre Culturel de Gyula, au Siège de la Fondation de la Culture Hongroise, dans la salle d'exposition du Centre Culturel de Csili (Centre Culturel de Pesterzsébet), à l’Exposition Internationale Culturelle d’Art Budapest et aux galeries O10 et DOB.

Quelques idées de mes oeuvres

Le point de départ de mes peintures non-figuratives est l’expressionnisme abstrait. Pendant la création j'utilise souvent la méthode de peinture „d’actionnement”, défois je „bâtis” consciemment ma peinture comme dans ma série „Les Humain-Totems”. J'ai tenté de retracer les phénomènes entropiques de tout les jours, la fragilité de notre monde et le flot tourbillonnant des informations par l'utilisation de traitement de surface frotté et gratté par un couteau sur mes "Peintures de Chaos”. Sur ces peintures seules les cercles d'une couleur et épaisseur différentes déterminent l'ordre, qui se manifestent comme un symbol absolu (puisqu'ils returnent en soi, sont terminés donc sont parfaits) mais sacré aussi.

Sur les peintures de la série „Les Humain-Totems” l’humain de chair et de sang se dégrade à un objet d'exposition, à une impression d’espace étrange. Les corps humains explosés, les humains replâtrés de chair et de sang vivent vraiment quand même. Comme nous vivons avec tous nos doléances et souffrances au-delà de la limite de nos capacités. Le guépard peut atteindre la vitesse de 110 km à l’heure à courtes distance, mais il périrais, s’il devait courir plus vite au cours de la chasse. Les „Humain-Totems” ont déjà longtemps dépassé la limite de leurs capacités. Ils existent au-delà de l’imagination et de la réalité.

La série “Le monument de la vie quotidienne” avait été conçue entre 1 Janvier et 30 Mars de l’an 2000. Au but de chaque jour, j’ai tenté de condenser mes expériences, impressions et l’état d’esprit du jour dans un seul collage. En préparent de cette série, je n’avais pas la possibilité de faire des “corrections” ou des revisions après, c’est pourquoi les pieces de cette série puissent être considerées incompletes, pourtant pleines puisque n’importe quelle réparation ultérieure aurait altérée l’essence de la conception originale: chaque jour une peinture, dans l’état d’esprit du jour, réfléchissante les impressions et les faits. J’ai essayé de créer un genre de langage pittoresque à réponse accéléré, dont l’essance puisse être condensée dans une phrase: mes organs étaient les filtres, mes tableaux étaient la langue maternelle. Autrement dit: voir et percevoir. Je n’ai jamais été d’un autre bout, puisque qu’est-ce qui soit être plus excitant que la découvetre du monde?

signo